Semaine 19/20

1 septembre 2018 0 Par Aude Tripet
Du 15 au 22 août

UNE SEMAINE EN GASPESIE!!!

 

LA SEMAINE, EN POINTS FORTS:

  • Mercredi, nous avons roulé jusque Saint Ulric, près de Matane, à l’entrée de la Gaspésie. La route est magnifique! Accueillis par un couple de l’âge de nos parents environ, les Reichenbach, nous avons passé une bonne nuit chez eux.
  • Jeudi, nous continuions déjà sur Percé, à l’autre extrémité de la Gaspésie, (encore une route splendide) ; où nous étions accueillis par un autre couple du même âge, très généreux également.
  • Vendredi nous laisse des souvenirs incroyables: nous avons pris un bateau, pour contourner le fameux Rocher Percé, puis accoster sur l’île de Bonaventure, qui abrite la plus grande colonie de Fous de Bassan au monde!
  • Nous avons du coup marché sur cette île, en profitant d’une chasse au trésor bien conçue, qui permet d’arriver devant la colonie de Fous de Bassan, oiseaux bruyants, mais gracieux et admirables. Pour revenir vers le bateau, nos pas nous ont conduits sur le contour est de l’île, donc du côté du Rocher Percé… des images qui vont nous rester longtemps; et la grande fierté d’une bonne grosse marche à laquelle les enfants ont bien participé.
  • Samedi, nous avons longé toutes les côtes gaspésiennes en voiture pour retourner chez les Reichenbach, où nous sommes restés jusque mercredi matin.
  • Sur la route, nous avons goûté de magnifiques paysages (de nouveau), et des glaces molles aux bleuets (aux myrtilles)… délicieux!
  • Dimanche, Aude a prêché à Matane, dans l’église Carrefour de l’évangile, invitée par le pasteur Gengis Coutou, avec la famille de qui nous avons passé la journée…
  • Dimanche après-midi, nous avons pu profiter de leur terrain, sur lequel ils ont un vrai « chalet au Canada », avec un petit étang dans lequel nous nous sommes baignés (Ouf, c’était froid!); petit tour en quad pour les enfants, et repas aux champignons cueillis dans leurs sous-bois!!!
  • Mardi, nous avons profité d’aller dans le splendide parc du Bic, dans lequel nous avons fait une petite randonnée (plus tranquille qu’à Percé), remplie de vues magnifiques, de phoques, de rochers, de fleurs et de beauté.
  • Mercredi, retour sur Québec, pour la dernière nuit; avant d’aller nous installer dans le grand Montréal pour notre dernier mois au Canada.

LES PLUS DE LA SEMAINE POUR LES ENFANTS

  • Moi l’a conduit le bateau moi! (Noé) Oui et même moi aussi! (Anaëlle) Et aussi moi! C’était le bateau qui nous conduisait sur l’île de Bonaventure, mais surtout on a vu des phoques, et des tas d’oiseaux! (Joshua)
  • On a fait du quad!!! C’était trop cool, et en plus ça montait, et ça descendait, et ça faisait fiout, comme ça, et c’est vraiment trop bien! (Anaëlle) On est montés derrière papa, et on se tenait bien, et ça faisait plein de bruit, et c’était trop trop bien! (Joshua) Moi assi l’a condit le quad moi! (Noé, qui était assis devant son papa et avait l’impression qu’il conduisait…)
  • A un endroit où c’est qu’on était allés, il fallait beaucoup marcher, et après il y avait plein d’oiseaux, et ils étaient beaux mais ils faisaient plein de bruits, et aussi il y avait un dessin de une sirène où on pouvait prendre notre photo, et moi j’étais le homard! (Anaëlle) Oui, mais il fallait vraiment beaucoup marcher, et c’était dur, mais on a vraiment super bien marché, et papa et maman, ils étaient hyper fiers de nous! Et même maman elle était fière d’elle, parce que elle a fait tout ça en portant Noé sur son dos, et elle a fait 20000 pas et même plus ce jour-là!!! (Joshua) Moi était sur le dos maman, et faisait des bisous, moi! Et aussi marché moi! (Noé)
  • On a vu Flash MacQueen!!! (Anaëlle) Oh oui, a vu Feulash! (Noé) Oui mais c’était pas le vrai, hein! Mais à un moment sur la route, il y avait une collection de plein de vieilles voitures, et je les ai bien regardées avec papa, et même il y en avait une, plus neuve qui était même décorée exactement comme Flash, et il y avait aussi Doc Hudson et Flo! (Joshua) (Doc et Flo sont d’autres personnages du même dessin animé que Flash)
  • On a eu des glaces trop bonnes, et on les a mangées sur la plage et on a joué à faire des ricochets. (Joshua) Oui, et Joshua il a fait même des de deux! (Anaëlle)
  • Moi l’a prendre la voiture, moi! (Noé)
  • En fait, nous on aime les randonnées. Et on marche vraiment bien, c’est vrai. (Anaëlle). Mais c’est vraiment comme du sport, tu sais, et maman elle fait plein de pas alors elle perd aussi du poids mais elle va bien… (Joshua)

UNE SEMAINE DE VRAIES VACANCES

Nous avons vraiment apprécié cette semaine de magnifiques paysages, de randonnées, de rencontres, et de bons repas!

Tout a commencé sur la route, quand  nous avons fait une première pause à un « casse-croûte » (restaurant rapide…) de très grande qualité, grâce à la recommendation de mon frère… wow! Leur salade avec des fleurs cueillies dans leur jardin le matin même, miam miam miam!!! Voilà qui met de bonne humeur! (Les frites étaient bonnes aussi, soit dit en passant…) Après la dégustation, nous avons repris la direction de la Gaspésie, donc en longeant le Saint-Laurent par le Sud.

Quelques heures plus tard, seconde pause dans un domaine d’agriculture biologique. Bernard, le papa de David, nous avait parlé du « sel des pèlerins », en nous envoyant une photo d’un pot de sel de chez eux… Nous avons visité l’exploitation, (située face à l’île des pèlerins, d’où son nom) et après avoir fait nos emplettes, nous avons demandé où aller profiter de la plage un moment avant de reprendre la route… Bonne pioche! L’homme qui nous renseignait nous a invité à profiter de la plage privée du domaine. OH MY GOD! comme dit Joshua!

Au bout d’un sentier agricole épique, un petit foyer pour feu de camp marque l’endroit de la forêt où on peut s’engager… On se sent explorateur dans toute cette broussaille, et on aboutit sur une plage belle à couper le souffle, et totalement déserte… Quelques traces de passage d’un cervidé sauvage, des bois flottés et des roches, des flaques d’eau salée laissées par le ressac… On se trouvait comme au paradis, dans un lieu à la fois déchiré et paisible, et un terrain d’exploration et d’aventure incroyable pour les enfants, qui se sont immédiatement lancés à l’assaut des rochers. Emerveillés autant que nous. Nous avons repris la route avec des étoiles dans les yeux…

La route s’arrête pour nous ce soir là à St Ulric, près de Matane. C’est encore considéré administrativement comme le Bas Saint Laurent, mais géographiquement, c’est la Gaspésie. Et c’est… magnifique. Des forêts denses qui débouchent sur des plages aux reliefs accidentés, de la roche partout (dans la forêt, dans la mer, partout), du vert, du bleu, du brun partout où les yeux se posent…

Nous avons été accueillis (chaleureusement) sur un immense (vraiment, immense) domaine agricole, chez Pierre et Marlyse Reichenbach, agriculteurs suisses installés ici depuis 43 ans!!! Ils sont maintenant (officiellement) à la retraite, et leurs fils ont repris l’exploitation (mais leur petit fils vient d’annoncer qu’il ne reprendra pas…) Bref!

Dès le lendemain matin, après un bon gros déjeuner magnifiquement préparé par notre hôtesse, nous sommes repartis pour Percé, le lieu le plus renommé de Gaspésie… La route est tellement belle qu’on avait envie de s’arrêter au moins une fois tous les kilomètres, mais on a fini par accélérer et couper la Gaspésie à l’intérieur des terres, pour profiter de ses forêts (et faire une pause sur de grosses machines d’anciennes mines de cuivre, ET arriver moins tard…) En effet, nous dormions chez Bernard et Françoise Allard, un couple d’amis des Reichenbach, natifs de Gaspésie, et propriétaires d’une magnifique demeure sur la Pointe Saint-Pierre… Nous étions installés dans un grand studio aménagé au-dessus de leur garage, d’où nous profitions non seulement d’une vue magnifique sur la mer, mais aussi par beau temps du célèbre Rocher Percé… Dès le premier soir, une petite promenade de découverte d’un sentier avoisinant a permis d’admirer la nature, (oh le son mélodieux des vagues, l’odeur vivifiante des embruns, la douceur du sous bois sous nos pas, comme la Création est apaisante!)

Rien que ce lieu, mis à notre disposition, nous a comme vidé de stress et renouvelé entièrement. Les enfants, endormis les trois dans un grand lit, ont aussi passé de bonnes nuits de sommeil, et ont bien profité de chaque instant où ils pouvaient courir et se dégourdir les jambes!!! David et moi avons pris l’habitude (depuis notre séjour dans Québec) d’aller courir le matin à tour de rôle (un matin lui, un matin moi), et nous avons pu aussi profiter des merveilles de ce terrain dès le matin! David a pu voir des phoques, moi des oiseaux, nous avons en tout cas eu un plaisir fou!

Le vendredi, donc, nous avions la journée pour profiter de la région de Percé. Ce n’était pas du tout assez, et ce séjour nous aura clairement laissé un goût de Reviens-y!!! Mais nous avons fait de notre mieux pour profiter le mieux possible… Au programme: découverte du village de Percé, cueillette de jolis cailloux sur d’autres plages (on peut trouver des agates sur certaines plages!) , et montée à un observatoire en montagne, d’où on peut voir très très loin. Le temps radieux semblait s’y prêter au mieux. Au final, et sur les conseils de plusieurs, nous avons pris un bateau (pour la plus grande joie du Capitaine Noé) et embarqué pour la visite du Parc National du Rocher Percé et de l’île Bonaventure! MAGNIFIQUE!

Le bateau nous a fait d’abord contourner le Rocher, saluant des kayaks au passage, puis contourner toute l’île. Du côté du large, l’île abrite la plus grande colonie de Fous de Bassan au monde… Tellement impressionnant… Le plus chouette était sans doute de voir des phoques jouer dans l’eau, au soleil… J’ai demandé au capitaine la permission de montrer la cabine aux enfants, ils les a carrément installés tour à tour sur son siège, ce qui était vraiment sympa (même si je n’ai pas de photos pour vous le prouver…)

A l’arrivée sur l’île, nous avons pique-niqué (on commence toujours par le début), puis nous avons entamé notre chasse au trésor. Le corsaire Duval habitait sur cette île, et sur deux des quatre sentiers qui la arpentent, des panneaux ponctuent le parcours, posant des questions « sur les traces du corsaire Duval ». Parfois il s’agit de déduire, d’autre fois de se souvenir, mais toutes les questions parlent de l’île, de son histoire, de sa faune et de sa flore… L’avantage très net, c’était de motiver les enfants entre deux panneaux! D’autant qu’ils pouvaient découvrir un code secret au terme de la promenade, et qu’en le ramenant au point de départ, ils pouvaient gagner une récompense…

Le sentier des colonies, emprunté à l’aller, monte monte monte avant de descendre doucement… Franchement pas évident évident quand même, et j’étais bien contente de faire descendre Noé de mon dos à l’arrivée! Il a fallu un petit temps d’observation à Joshua et Anaëlle mais ils ont rapidement compris que les bébés étaient ceux qui avaient du duvet, malgré leur taille aussi grosse que leurs parents déjà en cette fin de saison. Ils ont bien pris le temps de regarder ces oiseaux, même s’ils ne sentaient pas très bon (et c’est vrai…), bien pris le temps de gambader aussi, surtout Noé qui n’avait pas marché. Nous avons « pris le risque », au retour, d’emprunter un sentier plus joli, le long des côtes, mais réputé plus long. Risqué pour deux raisons, d’abord parce que ça nous faisait plus d’exercice, ce qui pouvait être difficile pour les enfants, mais aussi parce que nous quittions la colonie vers 15h30, sachant que cette balade était annotée comme devant durer 75minutes et que le dernier bateau devrait partir à 17h de l’île…

Nous avons expliqué ce défi aux enfants, et nous sommes partis, en se disciplinant de ne pas s’arrêter toutes les cinq minutes, même si le paysage était beau à tomber. Et nous sommes arrivés au bateau à 16h38, récompense des enfants obtenue! (ils ont gagné une médaille/pièce frappée à l’effigie du corsaire Duval). Nous étions très fiers des enfants et les avons félicité. Seconde récompense, du coup, et bien méritée aussi: une petite glace sur le port! Avant de rentrer, nous avons pris le temps de quelques achats de souvenirs, et surtout, surtout! de jouer dans le parc public de Percé (que serait la vie sans les parcs de jeux, quand on a moins de 10 ans???) David et Joshua ont même pu essayer le cerf volant un peu, et fait des ricochets sur la plage.

Samedi, après un second bon dodo, et un bon moment de jeux sur le terrain de nos hôtes, nous avons repris la route, dans le but cette fois de bien longer toutes les côtes pour revenir sur Matane. Nous serions bien restés plus longtemps, si Aude n’avait pas accepté de prêcher à Matane dimanche, soit dit en passant!  A Gaspé, nous nous arrêtions pour prendre de l’essence (bêtement), alors qu’une exposition de voitures anciennes commençait à côté de la station! Nous avons pu prendre le temps de les observer,  peut-être que c’est à David que ça a le plus fait plaisir! 🙂

Un peu plus tard sur la route, (et comme je le dis presque à chaque paragraphe, les routes sont toutes plus belles les unes que les autres), un peu plus loin donc, nous nous sommes arrêtés pour admirer le plus haut phare du Canada! Il est bien beau, dans un bien bel endroit, à Cap-des-Rosiers. Fait intéressant: le phare utilise encore aujourd’hui les verres d’origine, importés en France dans les années 1850!!!

Après un bon picnic et un bon défoulement, nous avons repris cette route splendide, pour aller jusque chez les Reichenbach, où nous étions de nouveau attendus. Encore deux arrêts on t ponctué la route: un pour défoulement et ricochets sur une jolie plage, sur laquelle nous avons dégusté de bonnes glaces aux bleuets (aux myrtilles, donc); et le dernier à Matane même où nous avons admiré le coucher du soleil, avant de rentrer nous coucher!

Dimanche, nous sommes donc allés vivre le culte avec l’église Carrefour de l’église, à l’invitation du pasteur Gengis Coutou. Aude a prêché, David a pu donner quelques paroles d’encouragement… Juste après le culte, un repas était organisé, occasion pour nous de rencontrer l’église; puis Gengis et Anne, son épouse nous ont emmené chez eux. Ils ont pu acheter une fermette il y a une année environ, et nous avons été émerveillés. Le terrain est gigantesque, et abrite une maison d’habitation, un chalet (le chalet au Canada des cartes postales, en rondin avec l’étang à côté), et un atelier de menuiserie incroyablement bien fourni (mais ils ne savent pas se servir de la moitié des outils…)

Nous avons profité de l’étang, donc, avec encore des ricochets, puis de la forêt dans laquelle Anne a ramassé des champignons que nous avons mangé le soir;  du quad, pour le plus grand bonheur des enfants. Même moi j’ai eu l’occasion de le conduire! Je vous raconterai ça, patience!

Alors qu’ils nous montraient leur maison, Gengis et Anne nous ont partagé leur souci. Ils avaient motu ce qu’il faut pour installer une douche dans leur salle de bains au rez de chaussée, mais pas les compétences. Or le papa de Anne, qui a 78 ans, venait les voir, et ils auraient voulu qu’il puisse bénéficier de cette douche… Du coup, on a proposé que David vienne aider.

Le lendemain lundi, donc, David a passé une grande partie de sa journée dans cette salle de bains, avec Gengis et Fred, un autre ami, à installer la douche. Avec succès. De mon côté, j’ai laissé les enfants jouer avec les enfants, j’ai beaucoup parlé avec Anne, j’ai trié des habits qu’elle me proposait pour les enfants (yes, un nouveau maillot de bains pour Joshua, et des chaussures fermées de Noé!!!)… L’après-midi, avec la femme de Fred et la fille de Gengis, nous sommes allés dans un superbe parc je jeux pour enfants de la ville de Matane, et tout le monde a joué joué!

Lundi soir, nous étions invités à souper chez Daniel et Marie-Noëlle Reichenbach (fils et belle-fille de Pierre et Marlyse chez qui nous dormions). Daniel est président de l’association d’agriculteurs de la région, ce qui a occasionné beaucoup de partage sur la façon dont l’agriculture fonctionne, etc… très intéressant! Si vous êtes paysan et que vous voulez bouger, il y a de la place au Québec! (ATTENTION: il ne faut pas avoir peur d’être isolé, et d’avoir des immenses domaines. Il a 1200 têtes de bétail… )

Mardi, nous avons visité le parc national du Bic. Encore un lieu à couper le souffle. Nous avons commencé par descendre sur une toute petite plage de sable, près de laquelle des phoques se reposaient. Après un picnic sur la plage, qui nous a permis des les observer, de les écouter, et de rire, nous sommes remontés pour aller marcher sur un sentier de randonnée qui longe les côtes. Les enfants ont de nouveau assez bien marché, la marche était moins exigeante mais aussi magnifique, et conduisait dans un salon de thé, aménagé dans l’ancienne demeure de colon qui vivaient dans ce lieu isolé. Apparemment les voies fluviales étaient beaucoup plus empruntées, ce qui rendait l’endroit bien plus accessible.

Mercredi,  nous devions déjà quitter la terre gaspésienne enchanteresse pour retourner à Québec une dernière nuit chez Jacques avant de partir nous installer dans notre prochaine maison pour un mois! (un presque chez nous!)

Nous sommes donc à Saint Mathieu de Beloeil depuis une semaine, et dès demain je commence à préparer l’article qui vous relate notre semaine et demie ici!

On a décalé les articles pour ne pas découper notre séjour en Gaspésie en deux, mais on oublie pas de vous raconter nos vies, ne vous en faites pas!!!

Bisous à tous, et à bientôt!