Semaine 3

2 mai 2018 5 Par Aude Tripet
Du 23 au 29 avril

SEMAINE CALME

Les dernières nouvelles remontent à quelques jours seulement, mais nous essayons de continuer de poster des nouvelles le dimanche ou lundi, pour garder un rythme aussi…

Cette semaine, nous sommes restés plus calmes. Le temps nous a permis de visiter un peu plus, nous en avons profité pour découvrir un super parc de jeu à quelque rues de chez nous… les photos vous montreront que les enfants y ont eu beaucoup de plaisir !

LE QUOTIDIEN

Le quotidien s’organise gentiment, nous prenons bien nos marques. On cuisine, on joue, on grandit… Nous mettons en place de nouvelles routines. En voici l’essentiel

Pour la gestion du linge : quand maman plie le linge, elle pose les habits de chacun sur une table basse et chacun doit ranger ses affaires à sa place, sauf Noé. Je dois dire que ça marche assez bien, pour autant que ce soit au bon moment, sinon les habits seront jetés au fond du placard… Mais le plus souvent quand je viens vérifier dans le placard des enfants, le linge est à la bonne place. Pas toujours en pile parfaite, mais au moins c’est rangé et encore plié !

David a aussi fait un tableau pour que chacun participe aux tâches simples de la maison. On a 5 choses à se répartir : mettre la table, débarrasser, balayer, ranger le séjour/salon et ranger la chambre des enfants. Et on tourne à chaque jour… On fera évoluer ça, mais c’est un début d’apprentissage… Dans l’ensemble c’est bien accueilli, quoique certaines tâches soient plus populaires que d’autres… mais on leur montre ce que les adultes font en plus de tout ça, et ils comprennent assez bien. C’est même possible que ce soit un jeu (surtout s’il faut mettre le couvert, apparemment, ou balayer pour Noé).

SORTIE AU CENTRE VILLE

Vendredi nous sommes allés visiter le musée Grévin de Montréal… Pour commencer, expédition en métro. Nos enfants deviennent des pros des transports en commun ! Ensuite nous avons émergé en plein milieu des grattes ciel, près d’un kiosque à fleurs que les enfants (et leur maman) ont bien apprécié. Après quelque minutes de jeux improvisés là autour (les grands ont revisité les règles de la pétanque en utilisant des bâtons au lieu de boules), nous avons marché un peu parmi les grattes ciel et les travaux, pour atterrir dans un restaurant dans lequel nous avons (ENFIN !) goûté la… poutine !

Les enfants étaient HEUREUX ! Vous auriez dû voir Noé qui dansait avec ses frère et sœur en criant « Tine ! oui ! Tine ! Tine ! » et en riant de toutes ses dents… Trop drôle ! Bref, la poutine, donc, est une spécialité… plat de frites recouvertes d’une sauce brune (censée être proche d’un bouillon de bœuf épais) et de grains de fromage non affiné (donc acidulé…) Les enfants ont BEAUCOUP aimé ! Mais à la digestion… on ne refera pas trop souvent !!!! Ils n’ont pas eu mal au ventre, c’est plutôt qu’on a plusieurs fois cru mourir asphyxiés !

Le musée est situé dans un centre commercial connecté à la ville souterraine de Montréal, juste en face du restaurant où nous étions… Du coup, sans transition, nous sommes allés nous prendre en photo en compagnie de Charles de Gaulle, Queen Elizabeth, Nelson Mandela, Jacques Cartier, Pontiac, Charlie Chaplin, Meryl Streep et Jecépluki…. La visite a plus ou moins plu aux enfants. Disons qu’il y avait aussi un grand groupe scolaire d’ados en visite, et que vers la fin ce n’était pas agréable… Mais par contre ils ont reçu chacun un ballon, et ça c’était sympa !

Après ça, on a profité un peu de découvrir la ville souterraine… les magasins sous terre, les tunnels, et re-métro pour rentrer…

LES PLUS DE LA SEMAINE POUR LES ENFANTS
  • On a mangé la poutine! C’était super bon!
  • On est allés dans un parc avec plein de jeux et c’est proche de chez nous alors on peut retourner!
  • On a vu encore plus d’écureuils et ils sont jolis et on a pas peur de s’approcher d’eux.
  • Il commence à faire beau et on peut mettre nos baskets.
  • On a acheté un moule pour faire des sucettes en glace et maman nous a fait des glaces banane fraise et on était super contents!
  • On commence à bien connaître le quartier: quand on sort du bus on peut rentrer chez nous sans se tromper!

L’EGLISE

Cette fois, nous sommes allés au second culte à Rosemont, qui commence à 11 :45. C’est spécial, mais avec un peu d’organisation, ça fonctionne. Nous avions choisi de faire comme ça surtout parce que la présentation de plusieurs enfants était prévue pour ce culte, et nous avions envie d’y assister.

Conclusion : on a bien fait ! Vraiment ! C’était très intéressant. Le culte ne dure pas beaucoup plus longtemps (c’est prévu que ce soit un culte d’une heure chaque semaine, on a fait une heure et dix cette fois). Les familles ont été invitées à monter sur l’estrade (elles étaient déjà prêtes en coulisse, tout ça se déroule plutôt au début du culte). Petite explication courte, simple et efficace de la part du pasteur sur le sens du geste ; puis on offre à chaque famille un cadeau symbolique. Evidemment, il y a une Bible pour enfants, assez complète (pas une Bible pour bébé avec quelques images), mais aussi un certificat d’engagement pour les parents, selon lequel ils s’engagent à partager l’Evangile et ses valeurs avec leurs enfants. On leur remet aussi une boîte qui contient un (faux !) diamant par mois entre le jour de la consécration de leur enfant et les 18 ans de l’enfant. Le sens de ceci est que le temps que les parents passent avec leur enfant est précieux, et l’idée c’est qu’ils doivent retirer de la boîte un diamant par mois et se rappeler d’utiliser leur temps à bon escient avec leurs enfants.

Enfin le sac cadeau contient une carte écrite personnellement par le pasteur Jérémy (qui est le pasteur des enfants de l’église) pour l’enfant, qu’il puisse l’ouvrir à ses 18 ans. Dans cette lettre, il lui explique l’engagement que ses parents ont pris pour lui, et celui que l’église a pris aussi d’accompagner la famille, et lui écrit quelques mots d’encouragements pour sa vie adulte. On aime trop cette idée. On ferait peut-être plutôt une lettre pour ses 12 ans, parce que 18 c’est loin, mais on aime trop cette idée…

A part ça on découvre que la religion chrétienne est ici assez mal perçue, surtout à cause d’un historique très lourd lié à une église oppressante voire totalitaire dans la (les) génération(s) précédente(s). Pourtant, on voit de grandes affiches où la culture des jeunes est très bien utilisée (vous aurez vu le « Dis, Jésus » dans le diaporama, qui fait référence au « dis, Siri » de chez Apple)… mais malheureusement, en regardant l’affiche en détail, il s’agit d’une campagne pour une collecte de fonds… dommage que ce n’est pas désintéressé…

Voilà ! On a fini ! Bonne semaine à vous !

Si vous avez le temps, si vous en avez envie, ceci est plus long et n’est pas nécessaire… c’est juste que ça me fait rire, rétrospectivement, alors je partage !

 

PETITE CHRONIQUE DE LA FAMILLE PARFAITE

Juste après la visite au musée Grévin, nous voulions montrer aux enfants la ville souterraine. Ne pas oublier : ils ont déjà pris le métro, profité des grattes ciel, marché dans une zone de travaux, mangé dans un restaurant bruyant, visité un musée remplie de grandes poupées plus ou moins amusantes…

Nous descendons donc le plus bas possible dans le centre commercial, où se situent les tunnels vers d’autres parties de la ville et vers le métro. Là, arrêt devant une boutique de chaussures : David aurait besoin d’une paire. Il regarde et j’occupe un moment les enfants. Facile : ils viennent de recevoir un ballon au Musée, et jouent simplement avec. Je m’engage dans un autre magasin de chaussures, pour femmes, j’ai besoin de sandales et je jette un œil… quand

PAF le ballon de Joshua explose… Grand silence dans le magasin, je vois plusieurs têtes se baisser… non les gars c’est pas un fusil, c’est un ballon ! Donc je dis de ma plus forte voix : Tout va bien ! Ce n’était qu’un ballon !

Joshua, de son côté, fond en larmes et hurle : mais c’était MON balloooooonnnn !

Bon. Noé se met à sentir très fort le mauvais caca (merci madame la poutine), et tout le monde nous regarde. Je vais éviter l’esclandre, je prends mon fils dans mes bras, lui parle doucement et me dirige vers la sortie en poussant la poussette avec mes jambes… ça ne fonctionne pas très bien, donc finalement, hop, je repose Joshua, qui s’agrippe à ma taille et cache sa tête dans mon flan, j’appelle Anaëlle, empoigne la poussette et sors en essayant de ne pas mourir de gêne au passage…

Retour au magasin où est David. On fait une petite pause pour consoler Joshua, et on promet qu’on verra avec papa si on a une idée de solution. Papa promet qu’on retournera au musée (qui n’est qu’un tour en ascenseur plus loin pour l’instant) pour demander si on ose avoir un deuxième ballon. Ouf !

David n’a pas fini de choisir, donc j’essaie d’occuper encore les enfants. On se souvient qu’ils sont fatigués (on l’est aussi)… je finis par décider de leur offrir un goûter au coin restaurants. C’est un très vaste espace autour duquel sont installées de multiples échoppes de restaurant (chinois, végétarien, sushis, burger, pizzas…) et au centre duquel attendent une multitude de tables et chaises. Occupées, en fait, pour beaucoup d’ente elles.

J’aurais préféré changer Noé d’abord (il sent l’enfer, enfin je sais pas ce que sent l’enfer, mais si ça sent comme ça, on saura où on est) ; mais seule avec les trois enfants et la poussette, je ne crois pas trop que ça ira. On ira plus tard à la station de change. On choisit donc un bon smoothie (on voit les fruits avant qu’ils ne soient broyés, c’est rigolo et c’est bon), et on s’installe. Enfin… Disons que je tente de pousser la poussette, porter un plateau et faire suivre mes enfants en même temps… Parfois je me demande pourquoi les mamans ne peuvent pas se cloner de temps à autres.

Pendant qu’on cherche une table, les enfants jouent autour et PAF ! Cette fois c’est le ballon d’Anaëlle qui explose. Heureusement, dans ce vaste espace, c’est un son moins impressionnant, et comme il y a d’autres ballons à droite à gauche, les conversations reprennent rapidement. Anaëlle boude, mais n’a pas trop envie de pleurer (ouf !), elle veut son smoothie, et on a dit qu’on irait rechercher un ballon pour son frère, on pourra en prendre un aussi pour elle. Ouf.

Tant bien que mal, on trouve une table qui convient, les enfants s’avachissent immédiatement et, les yeux rivés sur les smoothies, commencent à réclamer : « je veux le mien, je veux le mien ! » C’est là que je réalise que les gobelets sont trop remplis, et que si je ne mets pas la paille moi-même, ils seront plus renversés que dégustés. Bon, je tends une lingette à chacun de mes enfants, lavez-vous les mains, je vous mets les pailles, et étonnamment personne ne hurle. Parfait !

C’est le moment où leur fatigue prend le dessus. C’est bien ici, mais on n’est pas à la lumière du soleil, il y a beaucoup de monde, on est fatigués, il y a beaucoup de bruit… Super-maman donne tout pour garder leur attention et tenter de maintenir le calme, quand Noé se lève sur sa chaise et vlan, le smoothie par terre. Heureusement le gobelet n’est pas cassé, alors vite, je plonge et le ramasse, je parviens à en sauver environ un tiers… tous ces bons fruits répandus par terre… Vite, pour éviter que le désespoir de Noé ne casse les oreilles à tous les autres clients, je referme le gobelet, l’essuie, réinstalle l’enfant, il choppe son gobelet, et vlan ! Sur son manteau !

La vie est si belle.

Bon, mon stock de lingettes diminue, et la couche a dû continuer de se remplir – ou son contenu s’est-il répandu ??? Parce que l’odeur, elle…

Quand finalement papa arrive alors que je suis encore en train de débarbouiller un peu le manteau (c’est sûr, papa va tout sauver), je m’enfuis aux toilettes avec mon fils pour le changer (j’ai peur que la sécurité ne nous jette dehors pour cause de tentative d’attentat au gaz). Ouf, la voie est libre, la pièce est vide. J’installe Noé et entreprend le lavage. Pas une mince affaire, ça colle mais je m’en sors… Ma tension nerveuse, quant à elle, a un peu de peine à se reprendre…

Au moment où enfin mon fils est propre et sa couche jetée dans une poubelle anti odeurs (vive l’Amérique du Nord où les stations de change des bébés sont VRAIMENT conçues pour des vraies situations de besoin de change), je pense que je vais pouvoir me détendre un peu… c’est là qu’il crise parce qu’il ne veut plus mettre ses chaussures. Evidemment. Et alors qu’il hurle (HURLE j’ai bien dit) la porte s’ouvre sur une autre maman et son bébé… La diversion calme Noé, je lui mets ses chaussures, je le pose et lui, radieux (après avoir bien charmé l’autre maman en lui faisant ses petits sourires mignons, donc ayant bien attiré son attention), pointe sur mes fesses en expliquant : « maman, caca, là ! » puis « maman, pipi, là ! » en pointant de façon appropriée bien sûr…

Au revoir madame ; je suis ravie de ne pas avoir à faire votre connaissance.

La morale de cette histoire… Sur les photos qu’on vous montre, on est tous beaux et souriants, mais c’est surtout parce que les autres moments, ben on les prend pas en photo, on les gère… 😉

Bonne semaine à tous, et les mamans… regardez ce qui se passe de fun chez vous, parce qu’en tout cas chez nous, si on regarde les moments tendus comme ça… Ben c’est beaucoup moins rigolo !!!